Nos activités

  30 Oct 2020   |     20:00 - 21:30   


Bonne Nouvelles Partagées - 1ère rencontre

Présence-absence à soi-même, à ses proches, à son entourage, au monde… Présence-absence de Dieu dans le quotidien, les relations, le monde… De la petite enfance au dernier souffle, la présence, l’absence sont des réalités, des souvenirs, des regrets, des émerveillements, des interrogations qui marquent la vie de chaque...


En savoir plus


  11 Déc 2020   |     20:00 - 21:30   


Bonne Nouvelles Partagées - 2ème rencontre

Présence-absence à soi-même, à ses proches, à son entourage, au monde… Présence-absence de Dieu dans le quotidien, les relations, le monde… De la petite enfance au dernier souffle, la présence, l’absence sont des réalités, des souvenirs, des regrets, des émerveillements, des interrogations qui marquent la vie de chaque...


En savoir plus


  24 Déc 2020   |     00:00 - 00:00   


Noël à la Ferme du Biéreau

MÊME DANS LE CONFINEMENT, NOËL EST TRÈS PRÉSENT !  Pour revoir la vidéo : https://vimeo.com/showcase/7887341  LE LIEN VERS LE CARNET DE CÉLÉBRATION : Carnet de Noël >> UN NOËL DE RIEN, ET C'EST BEAUCOUP ! Avec Didier Laloy, Tuur Florizoone, Chantal Dejardin et les M...


En savoir plus


  12 Mar 2021   |     20:00 - 21:30   


Bonne Nouvelles Partagées - 3ème rencontre

Présence-absence à soi-même, à ses proches, à son entourage, au monde… Présence-absence de Dieu dans le quotidien, les relations, le monde… De la petite enfance au dernier souffle, la présence, l’absence sont des réalités, des souvenirs, des regrets, des émerveillements, des interrogations qui marquent la vie de chaque...


En savoir plus


  01 Avr 2021   |     00:00 - 00:00   


Semaine Sainte

LA SEMAINE SAINTE À TRAVERS LES ONDES Du Jeudi 1er au Samedi 3 avril 2021 à 18hAvec Amélie Nothomb, Christine Pedotti et Isabelle Le Bourgeois Covid oblige, il ne sera pas possible de vivre la Semaine Sainte en public mais le Prieuré de Malèves-Ste-Marie sera bien au rendez-vous les 1er, 2 et 3 avril 2021 à 18h pou...


En savoir plus



Thème d'année 2021-2022

Un art de funambule

Après avoir vécu, dans l'absence, une présence réelle,
le Prieuré souhaite et espère encourager,
une dimension particulière de cette présence,
en choisissant comme fil conducteur
des mois qui viennent le thème de la compassion.

Que ce soient le bon Samaritain devant un homme qu’on vient de dépouiller, le Père prodigue devant son fils qu’il croyait perdu, ou bien encore Jésus devant la veuve de Naïm, tous sont pris de pitié. Une traduction plus littérale dit qu’ils sont « pris aux entrailles ». Cette compassion qui fait vibrer le ventre est une manifestation de l’amour inconditionnel, comme le rappelle Véronique Margron : « Aimez vos ennemis… Montrez-vous compatissant comme votre Père est compatissant… »
Compatir, si l’on en croit l’étymologie du mot, c’est « souffrir avec », mais le mot est piégé. Si la compassion est une souffrance, comment peut-elle être une vertu ?
Les soignants et tous ceux qui accompagnent les personnes malades savent qu’il faut trouver la juste distance dans la compassion. Sinon, on ne tient pas dans la durée. On ne soulage pas quelqu’un en souffrant avec lui de sa propre souffrance. Ajouter sa souffrance à la sienne ne va pas l’alléger, au contraire.
Compatir, c’est offrir son écoute, son silence, sa présence, c’est tendre la main pour que l’autre la prenne et la serre. C’est porter celui qui souffre, c’est l’art du blottissement, comme le dit si bien Gabriel Ringlet dans son dernier livre. Car la compassion ne se complaît pas dans la souffrance, elle se plaît dans la joie. C’est un art de funambule qui oscille entre les larmes et les rires.
La compassion ne demande pas de fusionner avec l’autre, mais de se tenir à côté de lui, dans une « proximité d’humanité », de reconnaître sa souffrance et la prendre en considération. C’est l’art délicat de la présence : se faire proche de celui qui souffre pour le ramener dans la vie.

André-Comte Sponville, dans son Petit traité des grandes vertus, la distingue de la pitié. « La pitié s’éprouve de haut en bas. La compassion, au contraire, est un sentiment horizontal : elle n’a de sens qu’entre égaux, ou plutôt, et mieux, elle réalise cette égalité entre celui qui souffre et celui, à côté de lui et dès lors sur le même plan, qui partage sa souffrance. Pas de pitié, en ce sens, sans une part de mépris ; pas de compassion sans respect. »
Mais chez François Villon, en 1462, la pitié qu’il implore pour lui et ses semblables, les condamnés à mort, est bien la compassion. Il écrit sa célèbre Ballade des pendus quelques jours avant d’être exécuté. Il ne sait pas encore qu’il sera gracié et il s’imagine déjà mort. À ses frères humains, il demande la compassion et le respect : « N’ayez les cœurs contre nous endurcis, car si pitié de nous pauvres avez, Dieu en aura plutôt de vous merci. » On pourrait le comprendre dans une logique rétributive : si vous avez pitié de nous, Dieu aura pitié de vous tout autant. Mais on peut tout aussi bien le comprendre autrement, comme la loi naturelle d’un cercle vertueux : la compassion attire la compassion. Celui qui soulage sera soulagé. Celui qui pardonne sera pardonné. C’est en semant le bien qu’on le récolte.
Celui qui compatit y trouve donc aussi du bonheur. Lytta Basset l’explique : « Et il n’y a rien de tel que la compassion – l’expérience bouleversante d’être pris aux entrailles – pour me sentir intensément vivant, capable de vibrer avec autrui sans être englouti par son malheur. »

Mais la compassion n’est pas qu’une vertu qui se pratique individuellement, dans le rapport personnel à l’autre. Elle a une dimension politique essentielle. Certains y voient même un fondement de nos démocraties. C’est au nom de la compassion que nos sociétés ont aboli l’esclavage, la torture, la peine de mort. Montesquieu, Voltaire ou Hugo y ont vu une vertu que le législateur devait éprouver pour voter des lois justes. C’est aussi en son nom que la Belgique a voté la loi relative à l’euthanasie en 2002. La politique ne se trompe jamais, quand elle prend la compassion pour ressort de son action.
Ainsi donc la compassion, c’est la manifestation d’un cœur qui vibre à l’unisson du prochain et fait trouver les gestes, les paroles, les silences qui ne le laisseront pas seul subir la grande épreuve.


Jean Bauwin
Septembre 2021


Samedis du Prieuré

Comme chaque année, cinq samedis pour traverser l'Évangile et l’actualité à la lumière du parcours d'un-e invité-e

Quatre temps :

Temps 1 : Interview de l’invité-e sur son parcours personnel et sa relation à la dimension spirituelle.

Temps 2 : L’invité-e prend la parole plus formellement sur un sujet de son choix et, si possible, en relation avec le thème d'année.

Temps 3 : La célébration tente de rester proche de ce qui s’est exprimé entre 9h et 12h et veille à intégrer le mieux possible l’invité-e.

Temps 4 : Un repas convivial et nomade aidera, on l’espère, à prolonger fraternellement la conversation.

Les participants s’engagent à assister aux 5 rencontres.

23/10 - 4/12 - 22/01 - 19/03 - 21/05
de 9h à 14h30

P.A.F. : 100 € pour l’année (repas compris)
Inscription obligatoire - Formulaire

Pour plus d'informations : cliquez sur l'événement dans la fenêtre de droite.

Agenda - Samedis du Prieuré

Aucun évènement

Bonnes Nouvelles Partagées

Agenda - Bonnes Nouvelles Partagées

Aucun évènement

Un regard aimant, une main tendue dans l'Évangile et dans les textes

Relire l’Évangile à la lumière de la littérature, c’est ce que propose le groupe Bonnes Nouvelles Partagées. Au cours de trois rencontres, les participants croiseront l’Évangile de Jean avec deux romans et une BD pour y glaner les paroles et les gestes de la compassion.

Cette saison, c’est l’Évangile de Jean que le groupe Bonnes Nouvelles Partagées propose de relire.
« Au commencement était la Parole-Verbe, et la Parole-Verbe était auprès de Dieu, et la Parole-Verbe était Dieu » écrit Jean. Les participantes et participants vont croiser cette Parole avec les mots de deux autrices et d’un bédéiste contemporains :

  • Les Déferlantes de Claudie Gallay
  • Une saison souce de Milena Agus
  • Tintin au Tibet de Hergé

Le groupe est limité à une quinzaine de personnes.
L’animation est assurée par Philippe et Françoise Lambrecht et Anne-Marie Pirard.

12/11 - 11/02 - 22/04
de 20h à 21h30

P.A.F. : 30 € pour les 3 rencontres
Inscription obligatoire - Formulaire

Pour plus d'informations : cliquez sur l'événement dans la fenêtre de gauche.

Noël

LE NOËL DES CHEMINS PRÉCAIRES
ENTRE L'AFRIQUE ET LA BELGIQUE

Vendredi 24 décembre 2021 à la Ferme du Biéreau
Trois célébrations : 13h00 - 15h30 - 18h00

Avec Ria Carbonez, Didier Laloy, Damien Chierici, et les Muz' and Friends

"Car il n'y avait pas de place pour eux"


Le Prieuré veut célébrer « Le Noël des chemins précaires ». Un Noël en route. Un Noël à l’étable, vraiment, ou dans la grange. Un Noël d’incertitude. Et pourtant de joie. Et de chant. Et de jeu. « Comment puis-je jouer sur une terre étrangère ? » demande un vieux Negro Spiritual. Et le psaume 37 : « Comment chanterions-nous le cantique du Seigneur sur une terre étrangère ? »

Pour faire vivre ces chemins d’incertitude et raconter délicatement la compassion de Noël, le chant, la musique et le conte vont beaucoup y aider.

13h00 - 15h30 - 18h00
inscription obligatoire
Inscriptions ouvertes à partir du 15/11

Pour plus d'informations : cliquez sur l'événement dans la fenêtre de droite.

Agenda - Noël

Aucun évènement

Mercredi des Cendres

« Aider les proches à pleurer »

Mercredi 2 mars 2022 à 20h
Avec les Soupirantes

Comment honorer nos défunts ? Comment faire mémoire de celles et ceux qui nous ont quittés durant la pandémie et auxquels nous n’avons pas eu l’occasion de rendre hommage comme nous l’avions souhaité ?
Chaque année, le Prieuré tente de trouver les mots, les musiques et les chants qui expriment cette grande solidarité entre les vivants et les morts.

Cette année, nous aurons la chance d’accueillir l’ensemble vocal Les Soupirantes, un groupe vocal, composé uniquement de femmes.

Inscription - Formulaire

Semaine Sainte

Une présence et un soin
Rejoignez-nous à travers les ondes !

Du Jeudi 1er au Samedi 3 avril 2021 à 18h
Avec Amélie Nothomb, Christine Pedotti et Isabelle Le Bourgeois

En avril 2020, tout était prêt pour les recevoir et les célébrations largement préparées.

Le thème du « prendre soin » leur parlait beaucoup. En choisissant, à la lumière (ou à la noirceur !) de la Covid, de vivre la saison 2020-2021 sous le signe de la présence / absence, le Prieuré a voulu que les deux thèmes se passent le relais en se donnant la main.

Et nos invitées ont très heureusement accepté de revivre l’aventure avec nous en sachant la proximité de la présence et du soin.

Vous devinez que le Prieuré ne pourra pas vivre la Semaine Sainte comme d'habitude dans l'heureuse convivialité que l'on sait.

Mais via les ondes, ce sera quand même original et de grande qualité.

Nous vous préparons trois moments forts les jeudi 1er, vendredi 2 et samedi 3 avril à 18h.

Les liens de connexion seront bientôt disponibles ICI.

Pour plus d'informations : cliquez sur l'événement dans la fenêtre de droite.

Agenda - Semaine Sainte

Aucun évènement

Cabaret

Agenda - Cabaret

Aucun évènement

Les Muses fêtent dix ans de présence au Prieuré

Cabaret festif et champêtre le 5 juin 2021 à 17h - ANNULÉ

Ne ratez pas ce grand moment d’émotion !

Au programme :

> Bulles chantantes
> Florilège musical
> Pain saucisse et verre de vin
> Dessert et café

Vivement souffler leurs bougies en musique !

P.A.F. : 20 € (10 € pour les moins de 18 ans) - Inscription obligatoire

Pour plus d'informations : cliquez sur l'événement dans la fenêtre de gauche.