« Dieu crée ciel et terre
terre vide tohu-bohu
noir au-dessus des fonds
souffle de dieu
mouvements au-dessus des eaux. » (Genèse 1,1)

À l’image de chaque création qui est la partie visible du Souffle, l’inspiration d’un artiste.
Et tout homme est artiste. D’abord créateur au jour le jour de sa propre vie et, par le regard qu’il porte sur les choses, inventeur au quotidien du monde qui l’entoure.

Tout ce qui vit naît d’un Souffle comme le chant qui s’élève de la gorge du chanteur, comme le feu qui jaillit des braises, comme les vagues quand elles sont la trace du pas de la danse du vent sur la surface de l’océan.
À chaque instant, il nous faut aller au plus profond, « là où le chant ne manque jamais de souffle » (Christian Bobin).
C’est par une bouffée d’air qu’on prend pied sur la terre.
C’est ce premier souffle qui nous apprend la pesanteur du corps et la légèreté de l’air. C’est ce premier souffle qui donne sens à toute notre vie. Première inspiration.
C’est toujours avec ce même souffle qu’on éteint, chaque année, les bougies d’anniversaire.
Prendre, toujours, tout au long des jours, conscience de ce souffle.
Le retenir parfois dans l’émerveillement d’un regard et face à la splendeur de la Beauté.
Se laisser aller aussi au repos pour souffler un instant et prendre le temps de l’admiration ou s’accorder du temps à soi pour reprendre souffle, simplement.
Inspirer, se laisser inspirer.
Prendre l’air. Aérer ses idées. N’accepter que celles qui ont été à « l’épreuve du souffle du vent ». (Nietzsche)
Avoir le souffle coupé. Moment d’étonnement ou de stupeur. Reprendre son souffle.
Rester parfois sans voix quand seul le silence parle pour soi.
Trouver, en soi, son second souffle, celui qui rend plus léger pour supporter l’effort de la suite du chemin à parcourir.
Souffler sur les braises. Ranimer la flamme.
Reconnaître au cœur de soi la présence du Souffle, ce Souffle qui n’est pas simple coup de vent ou respiration inconsciente mais participation totale au Souffle vital et premier.
Découvrir en soi le « Vide nécessaire au Plein. Sans ce vide le Souffle ne circulerait ni ne se régénérerait. Le Souffle, à la fois non être et être, esprit et matière qui est toujours en action au cœur de ce Vide Médian » (François Cheng).
« Le souffle est une porte qui mène vers l’Infini.
 Emplis ton âme, tes pores, tes cellules, du souffle de la vie, qu’il les régénère.
(...) que le sentiment de l’Infini t’envahisse. » (Babacar Khane).
Se laisser agir par le Souffle (Πνευμα) qui nous comble de la Joie promise à « ceux qui sont à bout de souffle »
(Mt 5,3), se laisser enfanter par l’accueil en nous du « souffle saint » (Lc 1,35), accepter de « naître d’en haut » (Jean, 3, 7) pour saisir en soi la voix de l’Esprit.
Avoir l’audace de découvrir, comme Élie, la présence du divin dans la douceur d’une brise légère... Malgré les apparences, accepter qu’une luciole puisse être aussi lumière du monde. Se laisser surprendre au quotidien par le murmure de Dieu « Souffle de vie qui es au monde, celui qui parle dans le silence » (Caroline Valentiny).
Être attentif comme Samuel au souffle d’un appel, d’une petite voix. Comme une caresse dans le silence... Croire à l’efficacité d’un murmure dans le fracas des phrases toutes faites et des slogans.
Accueillir à chaque instant le Souffle annoncé par Jésus pour que « nous ne perdions pas pied » (Jean 16, 1 et ss). Se sentir envahi par cette présence agissante qui nous renouvelle, aère nos vies et nous encourage à respirer un air totalement nouveau.
Chacun de nous « n’est qu’un souffle » (Psaume 62), un souffle « petite parcelle du Souffle primordial qui jaillit et agit à partir du Vide originel. La Création étant continue, l’acte humain et l’acte divin étant d’un seul tenant, chacun de nous peut en réalité, à chaque instant, participer mentalement à la Création de l’Univers, comme au premier instant » (François Cheng).
Créer le monde, vivre chaque instant comme le commencement du temps à venir dans le Souffle incessant qui nous pousse vers l’infini du grand large.
Et ce depuis le début du monde et pour l’éternité...

Christian Merveille
Septembre 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer