Samedi du Prieuré : Laurent Demoulin (03/03/18)

ÉVOCATION bis

Nicole Merens-Dehan devait normalement écrire l'évocation avec Anne Warnier.

Ne pouvant pas venir au Prieuré le jour de la rencontre, elle nous a envoyé un texte qui résume joliment le livre de Laurent Demoulin.

C'est l'histoire d'un père, prof de lettres comme on dit bien loin de la colline de Cointe, amoureux des mots et de l'écrit et d'un petit garçon qui ne parle pas.
Il n'a pas le souffle des mots.
Robinson est isolé du monde, retranché dans un monde mystérieux, sur son île intérieure.

Cela ne vous a pas empêché, Laurent, de tisser avec lui un lien fort, une complicité heureuse
qui fait envie aux parents que nous sommes.
Vous racontez vos échanges d'amour et de m ..... !
Car Robinson vous donne parfois accès à son île en communiquant par le regard, par des cris.
Vous, un homme de langage, vous tournez les pages du grand livre des mots silencieux, ceux qui ne séparent pas car les mots dits sont des frontières.
D'autres fois vous le guidez avec douceur et tendresse dans le monde, hors de sa bulle, car il a le droit d'exister, d'être humain "autrement". 
Vous voulez nous montrer qu'on peut s'ouvrir à la différence, libéré de l'obligation d'être heureux "d'un bonheur Ikea".

Ce n'est pas un roman sur l'autisme, c'est un roman d'amour fou d'un père pour son fils.
Cela touche notre foi, nous qui dans un mois vivrons la Semaine Sainte.

En vous remettant le Prix Rossel, Pierre Mertens a dit : Il y a des livres qu appellent des superlatifs, il y a des vies aussi !

Merci, Monsieur

Texte : Nicole Merens-Dehan
(03/03/2018)