Samedi du Prieuré : Journée d'ouverture (15/10/16)

ÉCHOS DE LA JOURNÉE D'OUVERTURE

De résistances en résistances

 

Le premier samedi de la saison 2016-2016 consacrée au thème de la Résistance fut l’occasion d’évoquer, dans un premier temps, quelques grandes figures de résistance : le théologien Dietrich Bonhoeffer, le mythe d’Antigone et le médecin qui répare les femmes au Congo, Denis Mukwege. Le second tour fut consacré aux résistances, grandes et petites, qui animent l’assemblée des samedis.

 

 

 

 

 Le Seigneur des non-religieux

Il resta en relation avec eux pendant sa détention.

Arrêté en avril 1944, D. Bonhoeffer fut exécuté le 9 avril 1945. Engagé dans des réseaux de résistance, il resta en relations avec eux pendant une grande partie de sa détention. Il garda aussi ses livres, lesquels lui permirent de continuer sa réflexion intérieure sans haine ni résignation.  Par son combat en prison, il veillait avec le Christ à Gethsemani. Sa théologie est moderne et actuelle. Il fut le premier à poser cette question : comment le Christ peut-il devenir le Seigneur des « non-religieux » ? Il affirme que Jésus est un personnage fondamental pour aborder les « sans religion ». Chose étonnante, stupéfiante à l’époque, pour lui, le monde est devant une période irréligieuse. Nous commettons en effet une grande erreur en affirmant l’a priori religieux des hommes. L’Église doit parler de Dieu en utilisant un langage laïc, c’est-à-dire, le langage du monde et non le sien. En toutes circonstances, il convient de refuser le Dieu secours, bouche-trou.

Dietrich Bonhoeffer par Gabriel Ringlet >>

 

Le murmure des pantoufles

« Je suis faite pour aider l’amour »

L’anagramme d’Antigone est négation, c’est une femme de résistance ou de fidélité.  Elle utilise une parole claire et droite pour oser exprimer ce que pensent les autres. Comme elle, il convient de prendre soin des mots, de leur conserver leur profondeur, leur intransigeance sans changer leur sens : actuellement, un chômeur devient un demandeur d’emploi ; un bombardement qui tue de nombreux civils n’est qu’un dommage collatéral.  Qui aura le courage d’aller jusqu’au bout, de se lever pour défendre les droits de tous, hommes, femmes et enfants ? Qui luttera contre la déshumanisation des hôpitaux en visitant les malades, des prisons en visitant les détenus, des institutions en aidant les faibles ?  Et si elle va jusqu’au bout, c’est pour aider l’amour, même si elle doit être victime de la haine.

Antigone par Christian Merveille >>

 

Le grain de sable dans l'engrenage.

Un grain de sable dans l’engrenage de la violence

L’homme n’est qu’une poussière d’étoile offrant des résistances infinitésimales. Mais, ne sont-ce pas elle qui le transfigurent ? Beaucoup de résistants se sont engagés à mains nues, sans même peser le pour et le contre, et en prenant les risques insensés qui les ont mis en danger. Éprouver un sentiment d’impuissance face à d’insupportables violences, c’est un bon début, mais l’indignation ne suffit pas. Le docteur Denis Mukwege l’a bien compris, lui qui lutte avec courage et lucidité contre les violences faites aux femmes en République non démocratique du Congo. Cet homme transmet la flamme qui brûle dans ses yeux. Il faut être humble pour faire émerger une force et devenir un grain de sable dans l’engrenage de la violence et du mal.

Le Docteur Mukwege par Bernard Balteau >>


Ceux qui font tenir le monde debout

Les participants ont évoqué ensuite d’autres figures qui les ont marqués. L’Homme de Tian’anmen qui fait face à une colonne de chars. Une résistante d’Alep qui résiste avec rien. L’héroïne du dernier film des frères Dardenne, pour qui la sépulture est une étape dans un chemin de vie. Le Docteur Henri Joyeux, qui dénonce les sociétés pharmaceutiques. Piotr Pavlenski, l'artiste insoumis au pays de Poutine. Carine Russo, qui témoigne 20 ans après de l’affaire Julie et Mélissa. Les migrants de Calais qui résistent au démentellement de la « jungle » et les victimes qui résistent sur la mer. Vassili Grossman, l’écrivain russe qui dénonce les dérives du régime soviétique. Carlos et Marin, deux chiliens qui défendent leur culture. Les rabbins de la paix qui se mettent entre les colons et les cultivateurs d’olives en Palestine. Véronique qui résiste à l’occupant pour prendre soin de Jésus sur son chemin de croix. Les parents confrontés au handicap de leur enfant et qui résistent au découragement. Le pape qui veut aller vers une église nouvelle. Les agriculteurs qui se lancent dans le bio. Ceux qui en Pologne ou en Hongrie résistent contre les pouvoir politiques qui, au nom du christianisme, font exactement le contraire. Et puis, tous ceux qu’on ne voit pas, les exclus, les harcelés, les gens sans importance qui résistent pour rester debout et faire tenir le monde debout.
 

Les gens sans importance qui résistent pour rester debout et faire tenir le monde debout.

Résistances intérieures

Lors du second tour, quelques personnes ont expliqué leurs propres actes de résistance.

Comment résister à l’humiliation ? En ayant confiance en soi et en accordant aux autres la miséricorde dont on est empreint.

Comment résister à la maladie ? En vivant l’aujourd’hui dans ce qu’il a de beau. En se mettant au service de ceux qui souffrent des mêmes affections et ont moins de chance.

Comment résister à la peur de l’immigration ? En aidant ceux qui arrivent à maîtriser la langue, en des alternatives partenaires, en participant à des cellules d’accueil qui permettent de se connaître et de s’apprécier.

Comment résister à la discrimination positive ? En marchant à contre-courant, en croyant aux qualités des jeunes qui nous font face et se dévalorisent trop souvent.

Comment résister contre la « désignation » d’un bouc émissaire ? En adoptant une attitude professionnelle et humaine ferme et permanente.

Comment résister aux médecins et gestionnaires qui veulent nouveaux traitements et nouvelles statistiques ? En pensant prioritairement aux patients et à leur bien-être. En luttant contre la mort solitaire.

Pierre MOGENET et Jean BAUWIN
(15/10/2016)

Illustrations : Patrick Verhaegen (Pavé)
http://www.pavesurle.net/

Photos : Chantal Vervloedt-Borlée

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer