Dernier adieu à Jean-Claude Guyot

OBJETS CHOISIS PAR LA FAMILLE

4 août 2015

 

Le drapeau de la jeunesse, déposé par le papa de Jean-Claude

Jean-Claude était membre, depuis l’âge de 16 ans, de la jeunesse de Blegny, une association des hommes du village qui organise les 5 jours de fête au village en juillet. JC n’a manqué qu’une seule fois la fête, l’année de son mariage !
Aubades, processions de la vierge, décapitation de l’oie, manèges et croustillons étaient des moments incontournables de la fête. Mais surtout il avait le grand plaisir de retrouver des amis et des racines d’enfance.


Une encyclopédie déposée par Joséphine

Pour Joséphine, papa connaissait tout ! Érudit, cultivé, passionné d’histoire et d’actualité nous trouvions toujours réponse à nos questions. Joséphine symbolise cela par une encyclopédie.


Sa clarinette, déposée par Margaux

Tout comme son papa, Jean-Claude aimait la musique, la danse. Il a dirigé une chorale, joué du piano dans son enfance et de la clarinette. Il a transmis son goût, notamment à Margaux qui dépose sa clarinette.


L’iPhone, déposé par Madeleine

Imac, Mac Book, I Pod touch, iPad, iPhone. Ceci n’est pas une publicité mais une passion !
JC était passionné d’informatique dès la première heure des Mac, passionné par le son, la lumière, le graphisme. Ses compétences il les mettait au service des collègues, des amis, de la famille, mais aussi au service des liturgies. Madeleine dépose son IPhone.


Une chemise africaine, déposée par Amélie

Qui n’a pas croisé Jean-Claude vêtu d’une de ses chemises africaines ? Pour le département de COMU, pour Panos, pour les instances de régulation des médias, Jean-Claude s’est rendu de nombreuses fois en Afrique et plus particulièrement au Burundi. Il y rencontrait également amicalement Maggy Barankintse, fondatrice des maisons shalom où Amélie a été faire un stage d’institutrice.


Le carnet des rimes riches, déposé par Béatrice

Nombreux sont ceux qui on joué avec Jean-Claude au jeu des « rimes riches ». Une manière de se moquer gentiment du chant populaire religieux et de vérifier l’état de la culture religieuse de ses amis et collègues. Jean-Claude était très attaché à la culture religieuse populaire. C’est sa sœur, Béatrice, compagne de ses rires aux premières heures, qui dépose le recueil complet des chants sacrés.

 
La lanterne du Prieuré, déposée par Bernadette 

Jean-Claude et Florence se sont investis dans le projet du Prieuré durant ces trente années. Jetant des ponts entre l’Évangile et l’actualité, entre la culture et la spiritualité. Jean-Claude aimait la liturgie et y contribuait activement. La lanterne que dépose Bernadette a souvent accompagné les liturgies de la Semaine Sainte au Prieuré.


Les alliances déposées par Florence

Il y a trente ans quasi jour pour jour Florence et Jean-Claude se sont mariés ici à Saint François. Que de chemin en trente ans et que de beaux fruits de cette alliance : quatre filles, une maison, un Prieuré, un réseau solide d’amis, de collègues.
Et puis ce dernier mois. On ne s’attendait pas à ça, pas si vite, pas si fort.
Tout a été une aventure humaine et spirituelle incroyable.
Florence dépose leurs alliances.

Les essentiels du Prieuré

Follow us